USA : le rôle des Afro-Américains dans la Guerre d’Indépendance

USA : le rôle des Afro-Américains dans la Guerre d’Indépendance

Seulement 50 ans après la défaite des Britanniques à Yorktown, la plupart des Américains avaient déjà oublié le rôle important que les Africains avaient joué pendant la guerre d’indépendance. Lors de la célébration du centenaire de la Révolution à Philadelphie en 1876, pas un seul orateur n’a reconnu la contribution des Afro-Américains à l’établissement de la nation. Pourtant, en 1783, des milliers de Noirs américains s’étaient engagés dans la guerre. Tout au long de la lutte, ils ont refusé d’être de simples spectateurs et ont offert leur loyauté à ceux qu’ils pensaient capables de leur offrir la liberté.

Bravoure, faux espoirs puis trahison

En 1775, plus d’un demi-million d’Afro-Américains, pour la plupart réduits en esclavage, vivaient dans les 13 colonies. Au début du XVIIIe siècle, quelques ministres et hommes d’Etat consciencieux de la Nouvelle-Angleterre, comme George Keith et John Woolman, avaient remis en question la moralité de l’esclavage, mais ils étaient largement ignorés dans les milieux influents auprès du pouvoir. Dans les années 1760, cependant, alors que les colons commençaient à s’élever contre la tyrannie britannique, de plus en plus d’Américains soulignèrent la contradiction évidente entre prôner la liberté et posséder des esclaves. En 1774, Abigail Adams écrivait : « Il m’a toujours semblé qu’il s’agissait d’un stratagème des plus iniques de lutter pour ce que nous volons et pillons quotidiennement à ceux qui ont le même droit à la liberté que nous ».

Le discours qui commençait à être entendu sur la liberté a donné à des milliers d’esclaves de grands espoirs, et beaucoup étaient prêts à se battre pour une révolution démocratique qui pourrait leur offrir la liberté. En 1775, au moins 10 à 15 soldats noirs, dont certains étaient esclaves, combattirent les Britanniques lors des batailles de Lexington et Bunker Hill. Deux de ces hommes, Salem Poor et Peter Salem, ont d’ailleurs reçu une distinction spéciale pour leur bravoure. En 1776, cependant, il était devenu clair que la rhétorique révolutionnaire des pères fondateurs n’incluait pas les Noirs asservis. La Déclaration d’indépendance promettait la liberté à tous les Hommes mais ne mettait pas fin à l’esclavage ; et bien qu’ils aient fait leurs preuves au combat, le Congrès continental a adopté une politique visant à exclure les soldats noirs de l’armée.

La participation des Afro-Américains à la guerre d’indépendance

Malgré ces découragements, de nombreux Afro-Américains, qu’ils soient libres ou réduits en esclavage en Nouvelle-Angleterre, étaient prêts à prendre les armes contre les Britanniques. Dès que les États ont eu de plus en plus de mal à remplir leurs quotas d’enrôlement, ils ont commencé à se tourner vers ce réservoir de main-d’œuvre inexploité. En fin de compte, tous les États situés au-dessus de la rivière Potomac ont recruté des esclaves pour le service militaire, leur promettant la liberté. À la fin de la guerre, entre 5 000 et 9 000 Afro-Américains avaient servi la cause américaine sur le champ de bataille, derrière les lignes, dans des rôles de non-combattants ou en mer. En 1777, certains États ont commencé à promulguer des lois qui encourageaient les propriétaires blancs à envoyer des esclaves à l’armée en échange de leur prime d’enrôlement. Dans le Sud, l’idée d’armer des esclaves pour le service militaire se heurtait à une telle opposition que seuls les Afro-Américains libres étaient autorisés à s’engager dans l’armée.

La plupart des soldats Afro-Américains étaient dispersés dans l’armée continentale dans des régiments d’infanterie où ils étaient souvent affectés à des rôles de soutien comme charretiers, cuisiniers, serveurs ou artisans. Plusieurs unités entièrement composées d’Afro-Américains, commandées par des officiers blancs, ont également été formées. Le Black Battalion du Rhode Island a été créé en 1778 lorsque cet État n’a pas été en mesure d’atteindre son quota pour l’armée continentale. Le législateur a accepté de libérer les esclaves qui s’étaient portés volontaires pour la durée de la guerre et d’indemniser leurs propriétaires. Ce régiment a fait preuve de courage tout au long de la guerre et était présent à Yorktown où un observateur a noté qu’il était « le mieux habillé, le mieux organisé et le plus précis dans ses manœuvres ».

La stratégie britannique pour enrôler les Afro-Américains

La participation des Noirs à la Révolution ne se limitait pas à soutenir la cause américaine, et des milliers de personnes, volontairement ou sous la contrainte, combattirent aussi pour les Britanniques. Les esclaves noirs ont fait leur propre évaluation du conflit et ont soutenu la partie qui offrait la meilleure perspective d’échapper à leur condition d’esclaves. La plupart des responsables britanniques hésitaient à armer les Noirs, mais dès 1775, le gouverneur royal de Virginie, Lord Dunmore, créa un « régiment éthiopien » entièrement composé d’esclaves fugitifs. En leur promettant la liberté, Dunmore a incité plus de 800 esclaves à échapper aux maîtres « rebelles ». Chaque fois qu’ils le pouvaient, les esclaves noirs continuèrent à le rejoindre jusqu’à ce qu’il soit vaincu et contraint de quitter la Virginie en 1776. La stratégie novatrice de Dunmore fut mal accueillie en Angleterre, mais pour beaucoup de Noirs, l’armée britannique représentait l’unique espoir de libération.

De nombreux militants américains pensent que l’Amérique doit beaucoup aux Africains. Malheureusement, l’ESTA n’est pas disponible pour les africains, mais voici des informations la concernant.

Partager Cet Article