Pékin renonce à 78 millions de dollars de la dette du Cameroun et s’engage à multiplier les aides financières en faveur de Yaoundé

Pékin renonce à 78 millions de dollars de la dette du Cameroun et s’engage à multiplier les aides financières en faveur de Yaoundé

Décidément, la Chine a fait du renoncement d’une partie de ses créances une constante de ses relations avec les pays en voie de développement, en Afrique, en Asie mais aussi en Amérique latine. Ainsi, Pékin a déclaré renoncer à 78 millions de dollars du montant total de ses créances envers le Cameroun, dans le cadre de son programme d’aide au développement des pays africains. L’annonce a été faite à l’occasion d’une rencontre entre Yang Jiechi, émissaire du président Xi Jinping, et son hôte, le Président camerounais Paul Biya, dans le palais présidentiel à Yaoundé.

Rappelons que les deux pays avaient convenu d’un remboursement courant 2018, avant que l’annonce du renoncement ne soit faite par Pékin en réponse aux difficultés financières que connait le pays africain. Cette échéance s’inscrit dans une aide financière globale de quelque 5,7 milliards de dollars consentie par Pékin à Yaoundé.

L’Afrique… enchaînée avec les prêts chinois ?

Selon des analyses géopolitiques, la multiplication des gestes de la Chine envers le Cameroun, mais aussi envers ses autres partenaires africains, interviendrait en contrepartie d’un plus grand accès aux ressources naturelles du sol africain. A l’occasion du sommet Chine – Afrique qui s’est déroulé en septembre dernier dans la capitale chinoise, le président camerounais s’est entretenu très brièvement avec son homologue chinois. Selon plusieurs sources, c’est à ce moment qu’il aurait demandé l’exemption de remboursement.

Depuis deux décennies, de nombreux pays de l’Afrique sub-saharienne dépendent de l’Empire du Milieu pour financer leurs investissements à travers des emprunts massifs et échelonnés sur plusieurs années avec des tranches annuelles. Depuis quelques années, Pékin multiplie également les prêts et les dons en faveur de l’Union Africaine.

Partager Cet Article