L’Ouganda expulse des ressortissants rwandais et français qui traitent avec MTN

L’Ouganda expulse des ressortissants rwandais et français qui traitent avec MTN

Les autorités ougandaises ont déclaré mardi qu’elles allaient expulser deux dirigeants du groupe de télécom MTN, un français et un rwandais, les accusant de vouloir mettre en péril la sécurité nationale. MTN Uganda, une société de télécommunications d’Afrique australe, a déclaré que son directeur marketing, Olivier Prentout, avait été appréhendé à l’aéroport d’Entebbe samedi après son retour d’un voyage en France. L’entreprise a également déclaré que sa responsable des ventes et de la distribution, Annie Bilenge Tabura, a été interpellée alors qu’elle arrivait lundi matin au siège de Kampala, tôt le matin, avant d’être expulsée au Rwanda.

MTN veut montrer sa bonne foi

MTN n’a pas directement commenté directement les allégations des autorités, se contentant de rappeler son respect total des lois du pays. Les autorités ont déclaré sur Twitter que les deux dirigeants avaient été appréhendés pour des actes qui mettent en danger la sécurité nationale, sans fournir davantage de précisions sur les accusations. En 2015, MTN Ouganda a déclaré que des agents de sécurité du gouvernement fédéral avaient « dévalisé » son centre d’information et confisqué quatre de ses serveurs.

MTN Uganda compte plus de 10 millions de clients et travaille principalement avec la compagnie indienne Bharti Airtel. La licence de 20 ans de MTN a pris fin en octobre 2018. La société a demandé une prolongation de 10 ans et la Commission des communications de l’Ouganda lui a accordé un renouvellement provisoire de 60 jours en attendant la résolution d’un certain nombre de problèmes non définis avant qu’une licence ne soit accordée. Les autorités ougandaises ont déclaré que MTN avait accepté d’entrer en bourse comme le prévoit la nouvelle loi de finances en échange d’une licence d’exploitation.

Partager Cet Article