Collectif pour une autre politique de la France en Afrique.
 

Création d’une mission d’information sur la politique de la France en Afrique L’Elysée prêt à partager sa chasse gardée africaine ?

Le 1er octobre 2007, par Jean Denard,

La Commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale française vient de créer une mission d’information sur la politique africaine de la France. Que le parlement se saisisse du sujet est positif en soi. L’avenir nous dira s’il y a des raisons de se réjouir...

Une mission d’information d’une dizaine de membres s’est constituée au sein de la Commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale. C’est Axel Poniatowski, député UMP du Val d’Oise et président de la Commission des Affaires étrangères, qui en a eu l’initiative. Elle sera présidée par Jean-Louis Christ, député alsacien de l’UMP qui entame un second mandat à l’Assemblée nationale mais n’a aucune expérience connue en matière de développement. Renaud Dutreil, ancien ministre des PME, a été nommé rapporteur. Les travaux de cette mission vont débuter sous peu. Ils devraient s’étaler jusqu’à fin 2008 et se conclure par un colloque.

C’est, en soi, une bonne nouvelle que les représentants du peuple français se penchent sur une politique traditionnellement confisquée par l’Elysée - et sa cellule africaine. Demander davantage de contrôle démocratique sur cette politique africaine est une des raisons d’être de la Cellule Françafrique. C’est donc, du point de vue institutionnel, un pas en avant. Le parlement n’a peut-être pas été convaincu par le premier déplacement du président Sarkozy en Afrique ? Toujours est-il qu’il se saisit de la question.

Mais l’Histoire nous rappelle qu’il ne faut pas s’emballer trop vite :
- De multiples rapports parlementaires sur la coopération française au développement ont jalonné l’histoire de la Vème République... sans qu’ils ne se traduisent pas des évolutions notoires.
- La mission d’information sur le Rwanda, menée en 1998, n’a visiblement pas tout mis en oeuvre pour faire la vérité sur le rôle de la France dans le génocide de 1994.
- Difficile de croire que cette mission d’information ait été créée sans l’assentiment de Nicolas Sarkozy. Dès lors, on ne manquera pas de s’interroger sur la stratégie qui se cache derrière : donner un gage aux ONG qui réclament depuis si longtemps un contrôle parlementaire accru ? Rassurer les parlementaires UMP qui voudraient contrôler ce que font les ministres dits d’ouverture, Kouchner et Bockel ? Avaliser "démocratiquement" une rupture qui n’en est pas une ?

Toujours est-il que cette commission est là. Axel Poniatowski, son initiateur, ne brille pas par les projets de loi qu’il a promus depuis la rentrée parlementaire : sabordage de l’ISF, impunité accrue pour la criminalité en cols blancs (en interdisant l’ouverture d’une procédure justiciaire sur la base d’une dénonciation anonyme)... Christ, lui, est quasi-inconnu au bataillon. Reste a espérer qu’avec ses apôtres, ils mettront à jour les pratiques pas très catholiques de la France en Afrique...

Bienvenue sur le site

6 février : Constitution de "Cellule Françafrique", collectif pour une autre politique de la France en Afrique

À propos de cet article

Dernière mise à jour le :
1er octobre 2007
Statistiques de l'article :
1789 visiteurs cumulés

La Newsletter de la Cellule

Pour recevoir des nouvelles des actions de la Cellule Françafrique et être averti des nouvelles mises à jour sur le site internet, inscrivez vous à la newsletter.

Abonnement
Format

Votre recherche

SPIP 1.9.1 [7502] | BliP 2.3 | XHTML 1.0 | CSS 2.0 | RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs par jour (cumul) : 81 (385936)